30 December 2009

2986) Inventory by Taner Akcam

© This content Mirrored From  http://armenians-1915.blogspot.com
Related Post: Taner Akcam: The Turkish “poster Boy” Of The Armenian Lobby Turns Out To Be A Paid Armenian-Agent

French To English Google Translation :
18 December 2009, by Jean Eckian / armenews

In this long interview over protocols, Taner Akcam gives reasons for its assessment strongly positive. He gives the role of actors involved,

- The Armenian government, public opinion in Armenia, the Diaspora, first ...

- The Turkish government, the new Turkish civil society, military, Islamism on the other hand, a clear and interesting.

There is an uncompromising critic of the conduct of successive governments of Turkey vis-à-vis Modern Genocide.

There is an assessment of the various suites that can be given to protocols. We see that finally the only alternative open to Turkey is a recognition based on that of Germany to the victims of the Holocaust.

Although we may not agree with everything said, it remains that the positions of Taner Akcam is a base that would like to see more widely shared by the Turks.

G. Béguian


November 29, 2009



Taner Akcam

This interview of Professor Taner Akcam was held at the Center Stassler of Clark University of the State of Massachusetts, October 30, by Vera Eccarius Kelly to draft blog "Change in Turkey a changing world" Affiliated to Royal Holloway Center for Global Policy and Transnational University of London (changingturkey.wordpress.com).

The editors of the blog, however, refused to publish the interview without his full, choosing instead to publish only three issues on the eight treated initially. No question and answer on the relations between Armenia and Turkey was included in the published blog. Professor Eccarius Kelly was seen as a missed opportunity to go into detail on the relations between Armenia and Turkey to support the process of democratization and freedom of speech in Turkey. The Armenian Weekly approached with the full text of the interview which appears below for the first time. Vera Eccarius-Kelly is Lecturer of Political Science at Siena College, Albany, NY She can be reached at veccarius-kelly@siena.edu ...

The Turco-Armenian Protocols

VEK: depending on your opinion, is there something changed in tangible and practical since this new relationship was started between Armenia and Turkey?

TA: So far, neither side has taken a specific provision but this is not very important. The process has just begun. My concern is that if the situation regarding the Karabakh does not improve, it may be that no provision is made. A strange set of circumstances exists and it is Turkey who created it. If you read the protocols, you'll see they say that diplomatic relations would begin without any preconditions. Undoubtedly one could also see an advance in the recognition by Armenia border between the two countries, based on its agreement for the creation of various committees including a committee of historians. However, no item is not binding protocols on issues Karabakh to establish diplomatic relations and open borders. In any case, Turkey has announced many times that it will not open the border as well as the issue of Karabakh is not resolved. In other words, Turkey has signed protocols which she openly declares that it does not apply. If both parties can not progress on Karabakh, I do not see how Turkey will be able to break the impasse in which it was itself driven. If Turkey does not find a way to identify its bid to Azerbaijan on this point, it will set the stage for an absurd and embarrassing. How a government can become entangled in any one of the links required by another government? I just can not understand.

VEK: Would you say that these developments constitute a substantial step towards normalization of relations between Turkey and Armenia?

TA: If we assume that Turkey will respect the terms of protocols and so we expect the opening of the border can be considered the date of October 10, 2009 was a turning point in history. At that time, the Turkish-Armenian relations have entered a new era that would see I like the "countdown". I do not know where and when it will end, but with the signing of the protocols, a countdown was started, after which Turkey will accept some questions about 1915. Similarly the policy of glasnost and perestroika, Gorbachev led to the demise of the USSR, these protocols will end the policies of the modern Turkish Republic of denying what happened in 1915.

It may seem surprising to hear me say that just as nothing has been done, and while the Armenian circles in particular feel suspicion and deep anxiety. But for that very reason, I would reiterate that the era of Yusuf Halacoglu, Gunduz Aktan and Sukru Elekdag is finished, over. Ninety-year policy of denial are about to end. When the protocols were signed, these policies have failed. Simple as that. If Turkey wishes to follow the same path it followed, none of this makes sense and you can throw these protocols to your cart.

From there, the real question is what does that Turkey will accept and how much. We have before us a wide spectrum of options that call the Japanese-German clock. The Japanese example is best described as a sort of declaration of "forgiveness, without big feelings," lip. Adopting the same behavior as the Japanese have had with respect to their crimes during the Second World War, Turkey could accept only "crimes" affecting the Armenian citizens in 1915 occurred, and then make excuses. Such apologies, however, are insufficient to advance the process of internal democratization in Turkey and would do nothing to heal past wounds. I can tell you that such action would be meaningless in terms of Armenians.

By cons, Turkey could follow the example of Germany followed in recognizing the Nazi crimes. This could mean, for what happened in 1915, the term genocide. This could be an honest recognition of history, an important resource for the internal process of democratization and open the door to refund social, cultural and financial resources to heal the wounds of those who suffered in the past. In fact, knowing the role that these countries have to know what happened in 1915, she could invite the principal countries of Europe and Russia to take part in the process. It is difficult to predict, between these two opposite poles, where they arrive. Confront its history has become a major issue in politics and international diplomacy.

VEK: What do these protocols for the Armenians?

TA: With the benefit of the Armenians, opening the border will bring economic gains, social and political. Armenia will be able to free themselves of the feeling of being locked up and the country closer to the West. This could have the effect of minimizing the influence of Russia in Armenia. In addition to this, the development of relations between the two peoples will open the doors to the solution of problems that have worsened in our stories. Hrant Dink was of the same on this point.

It is true, as well as issues related to history are concerned, there is a deep sense of apprehension and insecurity in the Armenian circles. The Armenians want to see how the Turks are serious and trustworthy. Unfortunately, Turkey has not been able to inspire confidence when signing protocols and continues to send signals that give the impression that it persists in its past conduct. I would say that confidence is the main problem for now.

The main source of this feeling of insecurity is not only related to the behavior of Turkey in the past. Turkey persists in its attitude. It engages in actions in direct conflict with the protocols and exacerbates the feeling of insecurity that has prevailed for so long. The fact that Turkey has made Karabakh a prerequisite (although not part of the protocol) and it will not present the protocol to parliament is just one example of how the problem s' is perpetuated.

I can describe other contradictions that are related to the attitude of Turkey towards the protocols. When Turkey proposes to establish a commission of historians, she uses a rather persuasive argument and quite credible. The country has effectively used this assumption to convince others. Turkey has said it supports "the formation of a commission for a thorough examination of historical records and to make recommendations that we will respect." In other words, Turkey has announced that its position and its decisions will be functions of the commission's recommendations. Turkey promotes the idea that "whatever the words of this newly created committee, she will accept" and "it will comply." At first glance, this seems completely reasonable, and there is, however, that the problem: given the past 90 years and policies in Turkey today, the government acts in a way that contradicts the rational arguments that he has openly promoted.

Some men state official in Turkey continue to hold speeches filled with 90 years of lies. Turkey has organizations and institutions that are actively seeking to counter "the baseless claims of the Armenians.''We have a government in Turkey, which says" let a committee decide, "while maintaining state sites Internet who use phrases such as "alleged Armenian genocide. "This is a government that says," let the historians decide, not politicians, "but one of the most important government offices is an organization called the Coordinating Committee for Fighting against the claims of unsubstantiated genocide. This office is directly linked to National Security Council. Let's face it, this is not a very convincing picture. Until something is done to eliminate these contradictions, it is difficult to see Turkey as trusted.

In my opinion, before worrying about forming a committee, some not very serious must be overcome by the Turkish government to show that it does not repeat its past actions. The Coordinating Committee related to the National Security Council should be disbanded. The prosecution of persons under Article 301 [of the Turkish Penal Code] for using the word "genocide" must be abandoned. There are dozens of arrangements - such as withdrawal of the contents on "the unsubstantiated claims of Armenian genocide" of all corporate Internet sites, including that of the staff. Turkey could start there.

VEK: Turkey seems to focus on raising their profile and economic policy in the region and beyond. The Turkish government reported there in Europe that it has embarked on reform and democratization?

TA: I do not think the attitude of Europe is central to the decision of Turkish government. The European Union is not a driving force at this time. I believe the relations between Turkey and the EU have reached a breakpoint. We are witnessing a process in which the Turkish democratization takes place without Europe and even in spite of Europe. Two major pillars of the EU, Germany and France, continually repeated that Turkey does not belong to Europe, though make Turkey. Personally, as an intellectual liberal, I'm tired of this flawed approach represented by the German and French. How dare they exclude Turkey from the process of democratization of the European Union by developing a double standard to Turkey? I think both governments have been dishonest, which is quite discouraging. I do not think that Turkey is engaged in this process with Armenia to send signals to the EU. It is at best a by-product protocols Armenian and Turkish.

The main issue in Turkey is that the country is subject to a transitional period. My friends from the Armenian diaspora does not seem to understand perfectly. Turkey is experiencing the same problems as other countries when moving from an authoritarian regime to a more open and democratic. Such companies are going through difficulties at the borders and limits of their judicial system. That is why this particular period may be described as being representative of a transitional justice system. How a country behaves with its own history and which sets the limits of justice affects its future.

Indeed, Turkey changed since 2002, Turkey has undertaken a remarkable development of his ability to change, which could be called revolutionary. For the first time in Turkish republican history, we see the emergence of an elite of a new type, whose origins lie elsewhere than the established politicians. This new elite has developed outside the boundaries of the state bureaucracy and the bourgeoisie. This is very important because this new emerging class does not owe its development to the state. Its leaders do not feel dependent on government structures and political and bureaucratic. Therefore, they can be handled as easily by the old elites consisting of elements of the bureaucracy and army. In Turkey, some experts call this new class "Anatolian tigers," because this particular middle class has developed its own sources of power and governing elites entered the set. This development has created immediate conflict with the established power structures long ago. Now we must see how this new elite is willing to compromise, and how far they intend to move to exclude from power the old ruling class.

The new middle class has inspired Islamic leaders and she knows she can emerge victorious from this conflict with the army and bureaucracy that by insisting on the democratization process. Otherwise the Turkish military never leave them to participate in the ruling classes of Turkey. I am sure that if the U.S. and the EU continue to support a clear process of democratization, democracy will emerge victorious. If this international support was interrupted, a new coup would take place. We have had at least four to five coups or military interventions and foreign powers have always played an important role in this episode in Turkish history. I can assure you that these military interventions in our history can occur because the European Union, Germany, France and other countries and the United States, have openly supported such military actions.

VEK: How would you characterize the influence of Turkish civil society on democratization by comparison with the last decade? What are the internal and external forces that drive democratization?

FWD: During the last decade, a new player we had ever seen emerged in Turkey in the political arena. Besides the AKP government, civil society has become an important political factor. It was unheard of in Turkey, a prime minister to go to Diyarbakir, for example, make a speech to the Kurdish people, and presents some excuses. It would have been unimaginable before the speech that Prime Minister calls on civil institutions to discuss ideas for this speech. The organizations of civil society in Turkey know they are listening in this government and new perspectives will be heard. This does not mean that the Government agrees with the suggestions from civil society or implement their applications, but an open dialogue exists and is good for democracy.

Democratization was obviously the engines internal and external, and what we have before us is a historic moment. We cross a rare moment when both internal and external drivers are converging to the same place at the same time. This happens only rarely in our history and have high hopes that the historic opportunity offered by the union of these internal and external factors will be utilized by the paries wisely.

From the perspective of internal motors, there are a few thoughts I would add to those I have already made. The way the military began to be pushed outside the scope of civil politics is the best example of this internal dynamic. I think the AKP has clearly seen, as Semdinli that finding a compromise with the military the lead near their own end. It has therefore relied on the order of reforms. This attitude was in line with the expectations of Turkish society, which has just passed an important transition. The shell and the walls were erected around the state and society began to crumble with the changing economic and commercial, with new communication technologies, and with tourism and other ways to connect to outside world. The modernization of Turkey has reached a point that makes the current state of dysfunction - Woven real "taboo" and "lies".

I would also add that "fatigue" and "exhaustion" are factors that led to this dynamic transition. Turkish society is tired 3A after 40 years of war, in which the same slogans were used to motivate people to go on the field and fight against each other. The Turks were undoubtedly sometimes enthusiastic and continue to fight "terrorists and separatists," and kill or die for his country. And perhaps it was the same for young Kurdish villages, because instead of suffering these injustices, it seemed better to go out in the mountains and fight against the Turkish government. But they too are tired now. The old slogans that called to fight and kill not motivate most people. Ninety years of "taboos and lies" does not motivate most.

Regarding the external dynamics, I could summarize the Obama factor: the withdrawal of Americans from Iraq and will leave a stable government behind them and the development of energy sector. The U.S. will not agree to leave Iraq without solving the PKK problem and establish peace and stability between the Kurdish administration and Turkey. I should also add that the U.S. know that one of the sources of the problem they identify as "Islamic terrorism" is the tension between Israel and Palestine. In the past they have tried to resolve the problem by taking the side of Israel in the peace process. The invasion of Iraq was one aspect of this strategy, but the U.S. seems to have realized that this strategy will not solve the problem and actually contains the potential to make "Islamic terrorism" a permanent state. It seems that there is now a new trend to strengthen the link between Islam and democracy, and build a foundation under the direction of Turkey, as part of an action to reshape the region.

At this table we can add that Russia is seeking alternative solutions to the energy transfer to the West avoiding the Ukraine and Georgia. These external factors coincide with the policy of Turkey had "zero problems with its neighbors." It would appear that the Middle East will reorganize itself and that in these circumstances a new strategic approach, a sort of pan-Ottomanic will gain in importance.

In the years to come, I predict that Turkey could move away from a European perspective, grouped around the axis between Germany and French by a Europe that is still arrogant but still showing signs of fatigue, and for this same reason, lack of vision as well. A new project, which I would define as the creation of a "common house for the peoples of the Middle East" seems to be emerging with the support of external powers. I also predict that the circles and liberal intellectuals who defended and supported the EU-Turkey adventure, continue to see this perspective with equal coldness. Moreover, if the "common house of the Middle East" is capable of developing a democratic axis, one will have much objection to it.

VEK: how do you interpret the fact that the Nobel laureate Orhan Pamuk is the subject of renewed prosecution for his statements on the responsibility in the Ottoman massacres of Armenians and Kurds mass?

TA: There are two important aspects in this problem, one related to the organization and obscure illegal Ergenekon and the other Turkish judicial system.

Ergenekon orchestrated attacks against intellectuals. All cases Orhan Pamuk, Hrant Dink, Elif Shafak and were initiated by members of Ergenekon. In my own case, there was a campaign against me in the U.S. and partly in Turkey. I have been accused of being a terrorist and murder of Americans in Turkey. I know now that this campaign here in the U.S. has been organized and launched from Istanbul by a man named Kemal Kerincsiz, a lawyer. He is accused in the Ergenekon case and was imprisoned. I know this because the indictment Ergenekon has revealed that it was Kemal Kerincsiz who directed all these insidious activities against intellectuals, including smear campaigns and hate speech. This secret organization, Ergenekon, has used the anti-Armenian as a political platform as the Nazis used anti-Semitism in Germany. Its architects knew they could win some support by following exactly the same logic and techniques Nazi. Members of Ergenekon knew they were playing on the anti-Armenian sentiment in Turkey and mobilizing the people against the claims of genocide, they could find political advantage. This is how the members of this obscure organization organized the demonstration Talaat Pasha in Berlin and other events in Basel, Zurich and Paris. They gathered the diaspora Armenians against Turkish and mobilized their own members in Turkey against Turkish intellectuals they wanted to target. The assassination of Hrant Dink and other Christians are part of a parallel political program developed by Ergenekon.

The second aspect that I mentioned above is directly connected with the judicial system, which is still at the base controlled by the military. I am fully aware that the Turkish judicial system is composed of Turkish judges and prosecutors who are mostly opposed to the current Turkish government. They despise the process of democratization in Turkey and trying everything they can to stop its progress. Somehow, the legal system to represent the rearguard managed to slow the process of democratization. The case of Article 301 is yours. Within the administration, there was a fight, and unfortunately the party in government is not radical enough. The AKP is still trying to find ds compromise with the justice system and with the ancient spirit seeking to keep Article 301, rather than amend it. This allows some cases against intellectuals continue.

The final decision of the Court of Appeal on Orhan Pamuk case is particularly instructive. Pursuant to the decision of the court, any Turkish person living in Turkey can now bring an action against Orhan Pamuk for insulting Turkishness. If a single person feels insulted by the statements or writings of Orhan Pamuk, this individual may sue and Pamuk must pay a fine. There are individuals who are currently pursuing in this context. Consequently, my publisher has stopped publishing books related to the Armenian Genocide and 1915. The publication of a new book of mine has been postponed indefinitely. My editor said that we should first observe the evolution of things to avoid being in front of hundreds of trials have used the word "genocide" in a book on genocide. As you can see quite clearly that the judicial system is still a big problem and that even the liberal publishing houses want to delay some publications because of this situation.

VEK: Changes in relations between Turkey and Armenia will they affect the work in the archives? Historians of the Ottoman period, they will feel less inclined to self-censor their work for the disputed period of history?

TA: I do not know if protocols can be regarded as a watershed in this regard. I think that the assassination of Hrant Dink is much more important that the protocols with respect to the Turkish domestic politics. The AKP has come to power, access to archives has become much easier because their managers have facilitated new researchers with access to archives in 2006. I worked in the archives for a month and the staff helped me greatly. Today, anyone can enter and conduct work here. But after the assassination of Hrant Dink, we learned that there was another Turkey. If you work on the genocide in Turkey, there is little that can be made against you by legal means, but you could be killed. For example, work on the archives and travel in Turkey has become a nightmare for me after the assassination of Hrant Dink. Go to the archives and out of the archives means that you have been seen in public space and you never know what could happen to you. There are still Turkish intellectuals under police protection right now, which shows how fragile the situation is actually in Turkey.

Being aware of the fragility of the situation - and knowing the existence of these people held the extreme right within the bureaucracy and the military - is frightening. The Turkish government is trying to protect intellectuals like Orhan Baskin, Etyen Mahcupyan, and Murat Belge. A number of intellectuals out with police protection. This seems a little complicated but it is true that the government protects its citizens against groups and organizations that operate within the same structures.

VEK: One of these developments will he have an impact on the ongoing discussions on the opening Kurdish in Turkey?

RT: Undoubtedly. We can not understand the protocols Turkish-Armenian that if we assess the scene as a whole. The Kurdish issue is certainly one of the aspects making up the assembly. The Opening Kurd is a direct product of the transition occurring in Turkey. In terms of the Armenian issue, the Turkish government must follow the same steps he has traveled to the Kurdish question. If we observe how the Turkish government has tried to solve the Kurdish issue, we will find solutions to resolve the Armenian question. For example, mean that discussions on the concept of recognition of the truth? Until 2000 or 2002 or even as late as 2007, the Turkish government denied the very existence of the Kurdish people. I was imprisoned in 1975 because I wrote about the Kurds of Turkey. Thus, the recognition of truth is central to resolving the Kurdish question. With the reforms introduced after 2002, the Turkish government has acknowledged that there were Kurds living in Turkey. It should be the same with the Armenians, something terrible happened and a crime was committed in 1915. By recognizing the existence of the crime, you can resolve 1915.

Secondly, in the process of solving the Kurdish issue, the government has tried to establish justice. If you want to solve a problem relating to a past injustice you must correct it. We must find a way to provide compensation for this injustice. There are two possibilities, two ways of justice: one is retributive justice [penal punishment], which is exactly the one currently under development in the Kurdish regions. Some officers were accused of murdering Kurdish civilians in the past, and these officers have been jailed or lost their position. In addition, mass graves were opened. This is important for the application of justice. For Armenians this approach is not used because the killings occurred a century ago. But there is another way of approaching the court, the court may be established by the principles of restorative justice. Restorative justice can also play a role in the Kurdish question. Many who took part fear that their crimes are exposed. As in the model of South Africa, can pardon those who expose their crimes, for example.

I see a very strong correlation not only related to the solution but also linked to the origins of the Armenian and Kurdish issues. If I can put it bluntly, the Armenian issue was the Kurdish question 19th century. Either the Kurdish conflict today is the conflict of the 19th century Armenian because in both cases the same mentality has had the same consequences. In these two centuries, the Ottoman Turkish government regarded the democratic demands of minorities as threats to security. In the late 19th century and early 20th century, the Armenian demands for social reform and equality were seen as a trap for maintaining the security and territorial integrity of the Ottoman state. In the years 1970, 1980 and 1990, and even until very recently, the Turkish state considers applications Kurdish cultural rights and equality as a challenge to national security and territorial integrity. In both cases, applications from minority groups rejected. This led to the radicalization of both minority groups, and even radicalization has ironically created security problems that governments feared above all. Separatist movements and challenges to the territorial integrity became an issue as a direct result of the repressive policies of governments against minorities. The parallels between the two cases are important considerations.

Diaspora, Turkey and the Turkish Intellectuals

VEK: The Turkish media have described the Armenian diaspora in a rather negative. How can we assess the attitude of the Turkish media and the response of the Diaspora?

AT: The attitude of the Turkish media on this issue is unfortunately very disappointing. Publish articles that bring the diaspora to the same level as the MHP [People's National Party, a nationalist party in Turkey] is a mark of profound disrespect for the Armenians of the Diaspora, and everyone should understand how it is shameful. The attitude of the media receiving the Diaspora with hostility and as "other" is not limited to media, this attitude prevails even in progressive circles as seen from left and liberal. This attitude has deep roots and we could say that it is to remove meaning to everything that is Armenian. I would describe the treatment of Armenians as a surprising combination of arrogance and disrespect. In addition to this, add a deep well of ignorance. Perhaps it is the arrogance of someone who, feeling almighty, thinks he has won a great victory against an enemy weak, helpless and aware of his defeat. I know the words I use may seem brutal. I do not want to generalize against the intellectuals or the media, but we must admit that it is a deeply ingrained attitude.

Let me give you an example: The Armenian Weekly is a newspaper that is published in Boston but maintained on a website. This newspaper is an official publication of Dashnags which were completely degraded by the media and Turkish intellectuals, including Taraf. With other Armenian newspapers speaking English as The Armenian Reporter and The Armenian Mirror-Spectator, the paper systematically covers protocols and published articles in their favor or opposed. Some of our intellectuals, as Guunaysu and Ayse Eren Keskin, write regularly for the Armenian Weekly. How many of our intellectuals, our journalists, would you say they read the newspapers, following the ongoing debate and make analysis on this debate?

There is this pervasive attitude: it is as if the men knew the Armenian diaspora Armenians better than themselves. We have no problems to reach conclusions and express opinions without having any idea about what is happening there, what is discussed and debated. There is a strange attitude of arrogance and I can not explain what I see other than "driving excessively flawed" among our media and intellectuals.

VEK: Is there a difference between the Armenian Diaspora and Armenia? The diaspora does it act in a way that could be called monolithic?

TA: I'll repeat a position I have advocated in the past. It is simply incorrect to describe the state of Armenia and the Armenian diaspora as two separate entities with opposing viewpoints. It is wrong to draw a line between opinions on the subject of 1915 between the Diaspora and Armenia. A political attitude which tries to draw some advantage in making this distinction will be doomed to failure. Recent events show how my position was clear. There were protests against the protocols in both Armenia and Diaspora, there were people who supported protocols and those who did not in both environments. Finally, neither the Armenian Diaspora is not monolithic. The protest occurred in diaspora has attracted more attention because it occurred among developed nations before the eyes of western media. For example, nobody seems to have noticed a protest that drew nearly 60 000 people in Yerevan. There are two other reasons why the protests of the diaspora have attracted more attention. The first reason is that Dashnags abroad are better organized and have a broader base in Armenia. The second is that these protests have given shape to an anxiety that is felt even by those who support the protocols.

There was no poll, or if there was, I am not informed. But I can say that most individuals of the Armenian diaspora have formed a front against the protocols. However, I must add that even among those who argue there is a deep sense of suspicion and anxiety. Those who protest and express anxiety for this reason, those who support the protocols handled the protests with understanding rather than to be opposed.

I can classify the objections to the U.S. in three categories: a) the compromise on the Karabakh b) the recognition of borders between Armenia and Turkey c) a commission of historians. The third point is one that leads most people to protest in the USA. The Turkish media ignored it, but talking with the Diaspora, the Armenian Prime Minister made a promise looking at the historical commission. He gave a verbal and written statement saying there would be no committee dedicated to the question "yes or no, 1915 was a genocide and in fact none of the committees would" commission of historians. "

In summary, without recognition that the largest source of protest was the quest for justice, we can understand the changes. Identify the diaspora to MPH because of events which fundamentally "seeking justice" is disrespectful and insolent. My humble opinion about our media and intellectuals is, before taking a pen and write, take a look at a publication in English as Armenian Weekly Armenian Reporter, and the Armenian Mirror-Spectator .

VEK: The Turkish media have suggested that Armenia has retreated from its position of seeking recognition of the genocide. How do you assess the opportunities to discuss the genocide and the recognition of borders?

TA: First of all, let me say something about the question on the application areas. In 1999 I was invited to Los Angeles. It was my first trip to America. The documentary on the life of Vahakn Dadrian and mine, "Wall of Silence," would be screened and I was supposed to speak next. The people who invited me was a board policy far removed from Dashnags. In my speech, I wanted to make a statement on the theme "We must talk about what happened in 1915, not as a matter of land and borders but as an issue related to human rights. We must accept the fact that the subject territory is essentially closed. "One of the organizers, my dear friend Hratch I had just met said" Taner, do not say these things. I understand, you're right, and nobody had any illusions, but if you say these things, it will only destroy the hopes of these people and their dreams. The land issue is not only a question of nationalism. For an Armenian, c ' is also an emotional link with the past. If you say, done it quite finished, you'll get these people to spin. " Of course, I said what I meant at the end because I wanted them to hear what I thought really.

What I want to explain this point is that the demand for land is something inextricably linked to the Armenian identity. I want to emphasize the point that having been driven from their homeland, there is an emotional attachment to it. Of course, for political and practical reasons we can insist on the senseless and useless to such a request, but I think it is important to keep this aspect in mind.

I also want to reiterate that it is a mistake to distinguish between the Armenian diaspora and Armenia itself on the issue of genocide recognition and face history. Neither Armenia nor the diaspora abandon the idea of genocide recognition. The only difference is perhaps in the way that recognition should evolve. This difference can be felt in every community along a line that divided the two in their midst. It is possible to describe each side. What the two sides have in common is a claim that what happened in 1915 is defined as a crime and that an apology should be made. One side, however, should be ready to accept a "crime against humanity" was committed while the other would insist that it be called "genocide" and nothing less. Another difference may appear on the question of refunds. One side may find acceptable excuses honest and serious while the other will probably assert views for different measures of restitution.

In my opinion, I think the government of the Armenian Diaspora will partner in this process. The diaspora is a true product of genocide and why she will take part in a debate about the genocide and measures to be taken to heal its effects. This happened in the Germano-Israeli relations in the 1950s. Israel had created a mechanism whereby the Jewish diaspora to participate. A similar system could be tried by Armenia.

VEK: On what about your latest research are they?

TA: My goal as a researcher is to create a body of common knowledge. My basic argument is that we lack in our Turkish-Armenian relations to a body of common knowledge. Most documents on this subject are scattered and available only in different languages, and therefore often inaccessible. This makes it difficult for researchers interested audiences and the general public, the reading of these sources and shared access to those documents. We need to create a common basis on which we can agree to debate. For a long time, I collected and published original sources to be my contribution in this area.

There is a controversy back in our area. The Turkish government contends that we should rely only Ottoman sources because they are the only ones that can be trusted. The government insists that only the Ottoman sources can be used to analyze the events around 1915. The Turkish government also argues that the American sources, German, Austrian and British are biased and representative of a program to cover their own policy. Their sources are seen as an attempt to blame Turkey and the Turks for what happened. On the other hand, Armenians, e many other international researchers argue that the Ottoman documents are not reliable and therefore should be ignored. There are huge archives available and the Turkish government continues to publish the document after document to support its own claims and support his own theories, but there is little dialogue between the two sides.

My position is new in the field because I maintain very simply that there is no contradiction between various elements of archives. We found that the same story is simply told in different perspectives. Two years ago, I wrote a book I published more than 600 Ottoman documents to show that the genocidal intent of the Party of Union and Progress can be demonstrated based on Ottoman documents. Now, I collected newspapers for the period 1918-1922. I have a full collection of newspapers dating from the Ottoman period. What is important about this particular time is that there was no censorship in those days. These newspapers were publishing absolutely anything, including questions about why we are debating today too. These logs provide us with significant reports on the killings, deportations, and the trial in Istanbul that followed. These trials were recorded in the Turkish press, which has also published documents and memoirs, and commentators and columnists have written in detail about how the country should meet its drimi lately. This information should be made available to Turkish readers. I publish these newspapers to select some items that should be read by as many as possible.

I now have before me two specific projects. I hope to release documents related to two important trials in Istanbul in 1919. They are in full the names of provinces where the massacres and deportations took place and where individuals were held responsible for what happened. One is the Yozgat trial, another trial is Trebizond. Overall, I'm analyzing some 40 cases which were followed in the press. The role of eyewitnesses Turkey is particularly interesting because the press had noted their importance. Based on eyewitness accounts Turkish Turkish officials accused of committing crimes, training of judges made their decisions. This information is invaluable, which shows that many Turks in 1918 and 1919 have openly spoken out against the massacres that had the backing of Union and Progress Party.


Please Do Contribute A Better Translation

État des lieux par Taner Akçam

vendredi18 décembre 2009, par Jean Eckian/armenews

Dans cette longue interview, par rapport aux protocoles, Taner Akçam donne les raisons de son évaluation résolument positive. Il donne du rôle des acteurs en présence,

- Le gouvernement arménien, l’opinion en Arménie, la diaspora, d’une part...

- Le gouvernement turc, la nouvelle société civile turque, les militaires, l’islamisme d’autre part, une analyse claire et intéressante.

Il y fait une critique sans concession du comportement des gouvernements successifs de la Turquie Moderne vis à vis du Génocide.

Il y fait une évaluation des diverses suites qui peuvent être données aux protocoles. On voit que la seule alternative finalement ouverte à la Turquie est une reconnaissance inspirée de celle de l’Allemagne à l’égard des victimes de la Shoah.

Même si on peut ne pas être d’accord avec tout ce qui est dit, il reste que les positions de Taner Akçam constituent une base qu’on aimerait voir partagée plus largement par les Turcs.



29 novembre 2009



Taner Akçam

Cette interview du Professeur Taner Akçam s’est déroulée au Centre Stassler de l’Université de Clark de l’Etat du Massachussetts, le 30 octobre, par Vera Eccarius-Kelly pour le projet de blog "Changer la Turquie dans un Monde qui Change " affilié au Centre Royal Holloway pour Des Politiques Mondiales et Transnationales de l’Université de Londres (changingturkey.wordpress.com).

Les éditeurs du blog, cependant, ont refusé de publier l’interview sans son intégralité, choisissant à la place de publier seulement trois questions sur les huit traitées à l’origine. Aucune question et réponse traitant des relations entre l’Arménie et la Turquie n’était incluse dans le blog publié. Le Professeur Eccarius-Kelly a considéré que c’était une occasion manquée d’entrer dans le détail des relations entre l’Arménie et la Turquie et de soutenir le processus de démocratisation et la liberté de parole en Turquie. Elle a approché Armenian Weekly avec l’intégralité du texte de l’interview qui paraît ci-dessous pour la première fois. Vera Eccarius-Kelly est maître de conférences de Sciences Politiques au Collège Siena, Albany N.Y. Elle peut être jointe à veccarius-kelly@siena.edu...

Les Protocoles Turco- Arménien

VEK : selon votre appréciation, y a -t-il quelque chose de changé de façon tangible et concrète depuis que cette relation nouvelle a été engagée entre l’Arménie et la Turquie ?

TA : Jusqu’à présent, aucune des deux parties n’a pris de disposition concrète mais cela n’est pas très important. La démarche vient juste de commencer. Ce qui me préoccupe, c’est que si la situation regardant le Karabagh ne s’améliore pas, il se peut qu’aucune disposition ne soit prise. Un ensemble étrange de circonstances existe et c’est la Turquie qui l’a créé. Si vous lisez les protocoles, vous verrez qu’ils déclarent que les relations diplomatiques commenceront sans aucun préalable. Sans aucun doute pourrait-on aussi voir un préalable dans la reconnaissance par l’Arménie des frontières entre les deux pays, fondée sur son accord pour la création de diverses commissions parmi lesquelles une commission d’historiens. Cependant, aucun article des protocoles ne lie les questions sur le Karabagh à l’établissement de relations diplomatiques ou l’ouverture des frontières. De toutes façons, la Turquie a annoncé un grand nombre de fois qu’elle n’ouvrira pas la frontière tout autant que la question du Karabagh n’est pas résolue. En d’autres termes, la Turquie a signé des protocoles dont elle déclare ouvertement qu’elle ne les appliquera pas. Si les deux parties ne peuvent pas progresser sur le Karabagh, je ne vois pas comment la Turquie pourra se sortir de l’impasse dans laquelle elle s’est elle-même entraînée. Si la Turquie ne trouve pas un moyen de se dégager de sa soumission à l’Azerbaïdjan sur ce point, elle aura planté le décor d’une situation absurde et embarrassante. Comment un gouvernement peut-il s’emmêler tout seul dans des liens tenus par un autre gouvernement ? Je ne peux tout simplement pas le comprendre.

VEK : Diriez- vous de ces développements qu’ils constituent un pas substantiel vers la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie ?

TA : Si nous supposons que la Turquie respectera les termes des protocoles et si nous comptons sur l’ouverture de la frontière, on peut considérer que la date du 10 octobre 2009 est un tournant de l’histoire. A cette date, les relations turco-arméniennes sont entrées dans une période nouvelle que je voudrais voir comme celle du " compte à rebours ". Je ne sais pas où et quand il se finira, mais avec la signature des protocoles, un compte à rebours a été commencé, au bout duquel la Turquie acceptera certaines questions au sujet de 1915. De la même façon que la politique de glasnost et la perestroïka de Gorbatchev ont conduit à la fin de l’URSS, ces protocoles mettront fin aux politiques de la République Turque moderne consistant à nier ce qui s’est passé en 1915.

Il peut sembler surprenant de m’entendre dire cela au moment même où rien n’a encore été fait, et alors que les cercles arméniens en particulier ressentent suspicion et anxiété profondes. Mais pour cette raison même, je voudrais répéter que l’ère des Yusuf Halacoglu, Gunduz Aktan et Sukru Elekdag est terminée, révolue. Quatre vingt dix ans de politique de négation sont sur le point de finir. Au moment où les protocoles ont été signés, ces politiques ont fait faillite. C’est aussi simple que cela. Si la Turquie entend suivre le même chemin qu’elle a suivi, rien de tout cela n’a de sens et vous pouvez jeter ces protocoles au panier.

A partir de là, la vraie question, c’est qu’est ce que la Turquie acceptera et combien. Nous avons devant nous un large spectre d’options que j’appelle le pendule japonais- allemand. L’exemple japonais est décrit le mieux comme une sorte de déclaration de "pardon, exempt de grands sentiments," du bout des lèvres. Adoptant les mêmes comportements que les Japonais ont eus relativement à leurs crimes de la Seconde Guerre Mondiale, la Turquie pourrait accepter que des "crimes" ayant affecté les citoyens arméniens en 1915 se sont produits, et faire ensuite des excuses. De telles excuses, cependant, seraient insuffisantes pour faire avancer le processus de démocratisation interne en Turquie et ne feraient en rien cicatriser les blessures passées. Je peux vous dire qu’une telle action n’aurait aucun sens du point de vue des Arméniens.

Par contre, la Turquie pourrait suivre l’exemple que l’Allemagne a suivi pour reconnaître les crimes nazis. Cela pourrait signifier, pour ce qui s’est passé en 1915, la qualification de génocide. Cela pourrait faire d’une reconnaissance honnête de l’histoire, une ressource importante pour le processus interne de démocratisation et ouvrirait la porte à des restitutions sociales, culturelles et financières pour cicatriser les blessures de ceux qui ont souffert par le passé. En fait, sachant le rôle que ces pays ont eu pour faire connaître ce qui s’est passé en 1915, elle pourrait inviter les principaux pays d’Europe et la Russie à prendre part au processus. Il est difficile de prévoir, entre ces deux pôles opposés, où on arrivera. Se confronter à son histoire est devenu une question majeure en politique et en diplomatie internationales.

VEK : Que signifient ces protocoles pour les Arméniens ?

TA : A l’avantage des Arméniens, l’ouverture de la frontière apportera des gains économiques, sociaux et politiques. L’Arménie sera capable de se libérer du sentiment d’être enfermée et rapprochera le pays de l’Occident. Cela pourrait avoir pour effet de minimiser l’influence de la Russie sur l’Arménie. En plus de tout cela, le développement des relations entre les deux peuples ouvrira les portes à la solution de problèmes qui se sont aggravés dans nos histoires. Hrant Dink pensait de même sur ce point.

Il est vrai, tout autant que les questions liées à l’histoire sont concernées, qu’il y a un sentiment profond d’appréhension et d’insécurité dans les cercles arméniens. Les Arméniens voudront observer jusqu’à quel point les Turcs sont sérieux et dignes de confiance. Malheureusement, la Turquie n’a pas été capable d’inspirer de la confiance lors de la signature des protocoles et continue d’envoyer des signaux qui donnent l’impression qu’elle persiste dans sa conduite passée. Je dirais que la confiance est le problème majeur pour l’instant.

La source principale de ce sentiment d’insécurité n’est pas seulement liée au comportement de la Turquie par le passé. La Turquie persiste dans son attitude. Elle s’engage dans des actions en conflit direct avec les protocoles et exacerbe le sentiment d’insécurité qui a prévalu pendant si longtemps. Le fait que la Turquie ait fait du Karabagh un préalable (même s’il ne faisait pas partie des protocoles) et qu’elle ne présentera pas les protocoles devant le parlement n’est qu’un exemple de la façon dont le problème s’est perpétué.

Je peux décrire d’autres contradictions qui sont liées à l’attitude de la Turquie envers les protocoles. Quand la Turquie propose d’établir une commission d’historiens, elle utilise un argument plutôt persuasif et tout à fait crédible. Le pays a utilisé efficacement cette présomption pour convaincre les tiers. La Turquie a déclaré qu’elle soutient " la formation d’une commission pour permettre un examen approfondi des enregistrements historiques et pour formuler des recommandations que nous respecterons." En d’autres termes, la Turquie a annoncé que sa position et ses décisions seront fonctions des recommandations de cette commission. La Turquie promeut l’idée que " quels que soient les dires de cette commission nouvellement créée, elle les acceptera" et " elle s’y conformera. " A première vue, cela apparaît complètement raisonnable, et c’est là cependant que réside le problème : au vu des 90 années passées et des politiques suivies aujourd’hui en Turquie, le gouvernement agit d’une façon qui contredit les arguments rationnels qu’il a promu ostensiblement.

Certains hommes d’état officiels de Turquie continuent de tenir des discours remplis de 90 ans de mensonges. La Turquie a encore des organisations et des institutions qui s’attachent activement à contrer "les revendications infondées des Arméniens.’’ Nous avons un gouvernement en Turquie qui déclare "laissons une commission décider," alors qu’il maintien des sites d’état internet qui usent d’expressions comme "prétendu génocide arménien. " Voilà un gouvernement qui dit, "laissons les historiens décider, pas les politiciens, " mais l’un des plus importants bureaux du gouvernement est une organisation appelée Comité de Coordination pour Lutter Contre les Prétentions Infondées de Génocide. Ce bureau est lié directement au Conseil National de Sécurité. Regardons les choses en face, cela ne fait pas un tableau très convaincant. Jusqu’à ce que quelque chose soit fait pour éliminer ces contradictions, il sera difficile de considérer la Turquie comme digne de confiance.

Selon moi, avant de se soucier de former une commission, quelques pas très sérieux doivent être franchis par le gouvernement turc pour montrer qu’il ne veut pas recommencer ses actions passées. Le Comité de Coordination lié au Conseil National de Sécurité doit être démantelé. Les poursuites de personnes sur l’article 301 [du code pénal turc] pour avoir utilisé le mot "génocide" doivent être abandonnées. Il y a des douzaines de dispositions à prendre - comme le retrait du contenu sur "les revendications infondées de génocide arménien " de tous les sites ministériels internet, y compris celui de l’état-major. La Turquie pourrait commencer par là.

VEK : La Turquie semble se concentrer sur l’élévation de son profil politique et économique dans la région et au-delà. Le gouvernement turc signale-t-il à l’Europe qu’elle s’est engagée dans la réforme et la démocratisation ?

TA : Je ne pense pas que l’attitude de l’Europe est centrale pour les décisionnaires du gouvernement turc. L’Union Européenne n’est pas une force agissante en ce moment. Selon moi, les relations de la Turquie avec l’Union Européenne en sont arrivées à un point d’arrêt. Nous assistons à un processus dans lequel la démocratisation turque se déroule sans l’Europe et même en dépit de l’Europe. Deux piliers majeurs de l’UE, l’Allemagne et la France, répètent continuellement que la Turquie n’appartient pas à l’Europe, quoique fasse la Turquie. Personnellement, en tant qu’intellectuel libéral, j’en ai assez de cette attitude viciée représentée par les gouvernements allemand et français. Comment osent-ils exclure la Turquie du processus de démocratisation de l’Union Européenne en développant un double standard pour la Turquie ? Je pense que ces deux gouvernements ont été malhonnêtes, ce qui est tout à fait décourageant. Je ne pense pas que la Turquie se soit engagée dans ce processus avec l’Arménie pour envoyer des signaux à l’UE. C’est au mieux un sous produit des protocoles arménien et turc.

La question principale en Turquie est que le pays est soumis à une période transitoire. Mes amis arméniens de la diaspora ne semblent pas le comprendre tout à fait. La Turquie rencontre les mêmes problèmes que d’autres pays lorsqu’ils passent d’un régime autoritaire à une société plus ouverte et démocratique. De telles sociétés traversent des difficultés liées aux frontières et limites de leur système judiciaire. C’est pour cela que cette période particulière peut être décrite comme étant représentative d’un système judiciaire transitoire. La façon dont un pays se comporte avec son propre passé historique et dont il fixe les limites de la justice influe sur son devenir.

De fait, la Turquie change depuis 2002, la Turquie a entrepris un remarquable développement de son aptitude au changement, qui devrait être qualifié de révolutionnaire. Pour la toute première fois dans l’histoire républicaine turque, nous voyons l’émergence d’une élite d’un nouveau type, dont les origines sont ailleurs que la classe politique établie. Cette nouvelle élite s’est développée en-dehors du périmètre de la bureaucratie d’état et de la classe bourgeoise. Ce point est très important parce que cette nouvelle classe émergente ne doit pas son développement à l’état. Ses dirigeants ne se sentent pas dépendants des structures et pouvoirs politiques et bureaucratiques. Par conséquent, ils ne peuvent être manœuvrés aussi facilement par les anciennes élites qui consistent en les éléments de la bureaucratie et de l’armée. En Turquie, quelques spécialistes appellent cette classe nouvelle "les tigres anatoliens, " parce que cette classe moyenne particulière a développé ses propres sources de pouvoir et pénétré les élites gouvernantes établies. Ce développement a créé des conflits immédiats avec les structures de pouvoir établies depuis longtemps. A présent, il nous faut observer à quel point cette nouvelle élite est désireuse de compromettre, et jusqu’où ils ont l’intention d’aller pour exclure du pouvoir l’ancienne classe dirigeante.

La nouvelle classe moyenne a des dirigeants d’inspiration islamique et elle sait qu’elle ne pourra sortir vainqueur de ce conflit avec l’armée et la bureaucratie qu’en insistant sur le processus de démocratisation. Autrement les militaires turcs ne les laisseront jamais prendre part aux classes dirigeantes de Turquie. Je suis sûr que si les USA et l’UE continuent à soutenir clairement le processus de démocratisation, la démocratie en sortira vainqueur. Si ce soutien international venait à s’interrompre, un nouveau coup d’état aurait lieu. Nous avons eu au moins quatre à cinq coups d’état ou interventions de l’armée, et les puissances étrangères ont toujours joué un rôle important dans cet épisode de l’histoire de la Turquie. Je peux vous assurer que ces interventions militaires dans notre histoire peuvent se produire parce que l’Union Européenne, l’Allemagne, la France et d’autres pays et les Etats-Unis, ont ouvertement soutenu de telles actions militaires.

VEK : Comment caractériseriez-vous l’influence de la société civile turque sur la démocratisation par comparaison avec la dernière décennie ? Quelles sont les forces internes et externes qui conduisent la démocratisation ?

TA : Au cours de la dernière décennie, un acteur nouveau que nous n’avions jamais vu a émergé en Turquie dans l’arène politique. A côté du gouvernement AKP, la société civile est devenue un facteur politique très important. Il était inouï en Turquie, qu’un premier ministre aille à Diyarbakir, par exemple, faire un discours au peuple kurde, et y présente quelques excuses. Il aurait été inimaginable avant ce discours qu’un premier ministre invite les institutions civiles pour discuter d’idées relatives à ce discours. Les organisations de la société civile turque savent qu’on les écoute dans ce gouvernement et que de nouvelles perspectives seront entendues. Cela ne veut pas dire que le gouvernement est d’accord avec les suggestions de la société civile ou mettra en œuvre leurs demandes, mais un dialogue ouvert existe et c’est bon pour la démocratie.

La démocratisation a évidemment des moteurs internes et externes, et ce que nous avons en face de nous, est un moment historique. Nous traversons un moment rare où à la fois les moteurs internes et externes convergent au même endroit au même moment. Cela se produit seulement rarement dans notre histoire et je place beaucoup d’espoir que l’occasion historique offerte par la réunion de ces facteurs internes et externes seront mises à profit par les paries avec sagesse.

Du point de vue des moteurs internes, il y a quelques réflexions que je voudrais ajouter à celles que j’ai déjà faites. La façon dont les forces armées ont commencé à être poussées hors du champ de la politique civile est le meilleur exemple de cette dynamique interne. Je pense que l’AKP a clairement vu, comme à Semdinli, que la recherche d’un compromis avec les militaires les conduirait près de leur propre fin. Il a donc en conséquence appuyé sur la commande des réformes. Cette attitude était dans la ligne des attentes de la société turque, qui vient de passer une importante transition. La coquille et les murs qui ont été érigés autour de l’état et sa société ont commencé à s’effriter avec les changements économiques et commerciaux, avec les nouvelles techniques de communication, et avec le tourisme et d’autres façons de se raccorder au monde extérieur. La modernisation de la Turquie a atteint un point qui fait de l’état actuel un état de disfonctionnement - tissé de vrais "tabous" et de "mensonges".

Je voudrais également ajouter que " fatigue" et " épuisement " sont des facteurs qui ont conduit à cette dynamique de transition. La société turque est fatiguée après 3à à 40 années de guerre, dans lesquelles les mêmes slogans ont été employés pour motiver les gens pour aller sur le terrain et se battre les uns contre les autres. Les Turcs étaient sans doute quelquefois enthousiastes à combattre et poursuivre les " terroristes et séparatistes, " et tuer ou mourir pour sa patrie. Et peut-être en était-il de même pour les jeunes kurdes des villages, parce qu’au lieu de subir ces injustices, il semblait mieux valoir d’aller dans les montagnes et se battre contre le gouvernement turc. Mais eux aussi sont fatigués à présent. Les vieux slogans qui appelaient à combattre et à tuer ne motivent plus les gens. Quatre vingt dix ans de " tabous et mensonges " ne motivent plus.

Concernant les dynamiques extérieures, je pourrais les résumer en facteur Obama : le retrait des Américains d’Iraq et la volonté de laisser un gouvernement stable derrière eux et les développements du secteur de l’énergie. Les USA n’accepteront pas de quitter l’Iraq sans résoudre le problème du PKK et établir la paix et la stabilité entre l’administration kurde et la Turquie. Je devrais ajouter également que les USA savent que l’une des sources du problème qu’ils identifient par " terrorisme islamique "est la tension entre Israël et la Palestine. Dans le passé, ils se sont efforcés de résoudre le problème en se tenant au côté d’Israël dans le processus de paix. L’invasion de l’Iraq était l’un des aspects de cette stratégie, mais les USA semblent avoir réalisé que cette stratégie ne résoudra pas le problème et contient en fait le potentiel pour faire du " terrorisme islamique " un état permanent. Il semble qu’il y a à présent une tendance nouvelle pour renforcer le lien entre l’Islam et la démocratie, et pour construire un socle sous la direction turque, en tant qu’éléments d’une action pour remodeler la région.

A ce tableau on peut ajouter que la Russie est en recherche de solutions alternatives pour le transfert de l’énergie vers l’Occident en évitant l’Ukraine et la Géorgie. Ces facteurs externes coïncident avec la politique de la Turquie ayant " zéro problème avec ses voisins. " Il devrait apparaître que le Moyen Orient va se réorganiser et que dans ces circonstances une nouvelle approche stratégique, une sorte de pan-ottomanica va gagner en importance.

Dans les années à venir, je prédis que la Turquie pourrait s’éloigner d’une perspective européenne, groupée autour de l’axe germano-français par une Europe qui est encore arrogante mais montrant tout de même des signes de fatigue, et pour cette même raison, un manque de vision également. Un projet nouveau, qui je pourrais définir comme la création d’une " maison commune pour les peuples du Moyen Orient, " semble se trouver en gestation avec le soutien de puissances externes. Je prédis également que les cercles libéraux et intellectuels, qui ont défendu et soutenu l’aventure Turquie-UE, cesseront de regarder cette perspective avec autant de froideur. De plus, si cette "maison commune du Moyen Orient " est capable de se développer sur un axe démocratique, personne n’aura à objecter beaucoup à son égard.

VEK : comment interprétez-vous le fait que le lauréat du prix Nobel Orhan Pamuk fasse l’objet de poursuites renouvelées pour ses déclarations sur la responsabilité ottomane dans les massacres de masse arméniens et kurdes ?

TA : il y a deux aspects importants dans ce problème, l’un lié à l’organisation obscure et illégale Ergenekon et l’autre au système judiciaire turc.

Ergenekon a orchestré des attaques contre des intellectuels. Toutes les affaires Orhan Pamuk, Hrant Dink, et Elif Shafak ont été initiées par des membres d’Ergenekon. Dans mon propre cas, il y a eu une campagne organisée contre moi aux USA et aussi en partie en Turquie. J’ai été accusé d’être un terroriste et de meurtre d’Américains en Turquie. Je sais à présent que cette campagne ici aux USA a été organisée et lancée depuis Istanbul par un homme nommé Kemal Kerincsiz, un avocat. Il est accusé dans l’affaire Ergenekon et est emprisonné. Je sais cela parce que l’acte d’accusation d’Ergenekon a révélé que c’était Kemal Kerincsiz qui dirigeait toutes ces activités insidieuses contre les intellectuels, y compris des campagnes diffamatoires et des discours haineux. Cette organisation secrète, Ergenekon, a usé de l’anti- arménianisme comme plateforme politique comme les nazis ont usé de l’anti-sémitisme en Allemagne. Ses architectes savaient qu’ils pourraient gagner un certain soutien en suivant exactement la même logique et les techniques nazies. Les membres d’Ergenekon savaient que s’ils jouaient sur les sentiments anti-arméniens en Turquie et mobilisaient les gens contre les revendications de génocide, ils pourraient y trouver un avantage politique. C’est de cette façon que les membres de cette obscure organisation ont organisé la démonstration Talaat Pacha à Berlin et d’autres manifestations à Bâle, Zurich et Paris. Ils ont rassemblé la diaspora turque contre les Arméniens et mobilisé leurs propres adhérents de Turquie contre les intellectuels turcs qu’ils voulaient cibler. L’assassinat de Hrant Dink et d’autres chrétiens font partie d’un programme politique parallèle développé par Ergenekon.

Le second aspect que j’ai mentionné plus haut est en liaison directe avec le système judiciaire, qui est encore à la base contrôlé par les militaires. Je suis pleinement conscient du fait que le système judiciaire turc est composé de juges et procureurs turcs qui sont pour la plupart opposés au gouvernement turc actuel. Ils méprisent le processus de démocratisation en Turquie et essaient tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter ses progrès. En quelque sorte, le système juridique comme représentant de l’arrière garde parvient à ralentir le processus de démocratisation. Le cas de l’article 301 est exemplaire. A l’intérieur de l’administration, il y a eu une lutte, et malheureusement le parti au gouvernement n’est pas assez radical. L’AKP est encore en train d’essayer de trouver ds compromis avec le système de justice et avec l’ancien esprit tendant à garder l’article 301 plutôt que l’amender. Cela permet à quelques affaires contre les intellectuels de continuer.

La dernière décision de la cour d’appel relative à l’affaire Orhan Pamuk est particulièrement instructive. Conformément à la décision de la cour, toute personne turque vivant en Turquie peut à présent introduire une action contre Orhan Pamuk pour insulte à la turquicité. Si une personne individuelle se sent insultée par les déclarations ou les écrits d’Orhan Pamuk, cet individu peut intenter un procès et Pamuk doit payer une amende. Il y a des individus qui poursuivent actuellement dans ce cadre. En conséquence, mon éditeur a arrêté de publier des livres liés au Génocide Arménien et à 1915. La publication d’un nouveau livre de moi a été reportée indéfiniment. Mon éditeur a dit qu’il nous fallait d’abord observer l’évolution des choses pour éviter de se retrouver en face de centaines de procès pour avoir employé le mot " génocide " dans un ouvrage relatif au génocide. Ainsi vous pouvez voir tout à fait clairement que le système judiciaire est encore un gros problème et que même des maisons d’édition libérales veulent retarder certaines publications à cause de cette situation.

VEK : Les changements dans les relations entre la Turquie et l’Arménie auront-ils un impact sur les travaux menés dans les archives ? Les historiens de l’époque ottomane se sentiront-ils moins enclins à pratiquer l’auto- censure sur leurs travaux de la période contestée de l’histoire ?

TA : Je ne sais pas si les protocoles peuvent être considérés comme un tournant à cet égard. Je pense que l’assassinat de Hrant Dink est beaucoup plus important que les protocoles pour ce qui concerne la politique intérieure turque. L’AKP ayant accédé au pouvoir, l’accès aux archives est devenu beaucoup plus aisé parce que leurs nouveaux directeurs ont facilité aux chercheurs l’accès aux archives en 2006. J’ai travaillé dans les archives pendant un mois et le personnel m’a grandement aidé. Aujourd’hui, chacun peut entrer et mener des travaux ici. Mais après l’assassinat de Hrant Dink, on a appris qu’il y avait une autre Turquie. Si vous travaillez sur le génocide en Turquie, il y a peu de chose qui puisse être faite contre vous par des moyens légaux, mais vous pourriez être tué. Par exemple, travailler sur les archives et voyager en Turquie est devenu un cauchemar pour moi après l’assassinat de Hrant Dink. Se rendre aux archives ou sortir des archives veut dire que vous avez été vu dans un espace public et on ne sait jamais ce qui pourrait vous arriver. Il y a encore des intellectuels turcs sous protection policière en ce moment même, ce qui montre à quel point la situation est fragile en Turquie en réalité.

Etant conscient de la fragilité de la situation - et sachant l’existence de ces gens d’extrême droite organisés au sein de la bureaucratie et de l’armée - est effrayant. Le gouvernement turc essaie de protéger les intellectuels comme Baskin Orhan, Etyen Mahcupyan, et Murat Belge. Un certain nombre d’intellectuels ne sortent qu’avec une protection policière. Cela semble un peu compliqué mais il est vrai que le gouvernement protège ses propres citoyens contre des groupes et des organisations qui fonctionnent au sein des mêmes structures.

VEK : L’un de ces développements aura-t-il un impact sur les discussions en cours relatives à l’Ouverture Kurde en Turquie ?

TA : Sans aucun doute. Nous ne pouvons comprendre les protocoles turco- arménien que si nous évaluons la scène dans son ensemble. La question kurde est certainement l’un des aspects constitutifs de cet ensemble. L’Ouverture Kurde est un produit direct de la transition qui se produit en Turquie. En termes de la question arménienne, le gouvernement turc doit suivre les mêmes étapes qu’il a parcourues pour la question kurde. Si nous observons la façon dont le gouvernement turc a essayé de résoudre la question kurde, nous trouverons des solutions pour résoudre la question arménienne. Par exemple, que signifient les discussions sur le concept de reconnaissance de la vérité ? Jusqu’à 2000 ou 2002, ou même aussi tardivement que 2007, le gouvernement turc niait jusqu’à l’existence du peuple kurde. J’ai été emprisonné en 1975 parce que j’ai écrit sur les Kurdes de Turquie. Ainsi, la reconnaissance de la vérité est un aspect central de la solution de la question kurde. Avec les réformes introduites après 2002, le gouvernement turc a reconnu qu’il y avait des kurdes vivant en Turquie. Il devrait en être de même avec les Arméniens ; quelque chose de terrible s’est passé et un crime a été commis en 1915. En reconnaissant l’existence du crime, vous pouvez résoudre 1915.

En second lieu, dans le processus de résolution de la question kurde, le gouvernement a essayé d’établir la justice. Si vous voulez résoudre un problème relatif à une injustice passée il vous faut la rectifier. Il faut trouver une manière de donner des compensations pour cette injustice. Il y a deux possibilités, deux manières de faire la justice : l’une est la justice rétributive [pénale, punitive], qui est exactement celle qui a cours actuellement dans les régions kurdes. Quelques officiers ont été accusés d’avoir tué des civils kurdes dans le passé, et ces officiers ont été emprisonnés ou ont perdu leur position. De plus, des fosses communes ont été ouvertes. Cela est important pour l’application de la justice. Dans le cas des Arméniens cette approche ne sert pas puisque les tueries se sont produites il y a cent ans. Mais il y a une autre manière d’approcher la justice ; la justice peut être établie par les principes de la justice réparatrice. La justice réparatrice peut également jouer un rôle dans la question kurde. Beaucoup de ceux qui y ont pris part craignent que les crimes qu’ils ont commis soient dénoncés. Comme dans le modèle d’Afrique du Sud, on peut amnistier ceux qui révèlent leurs crimes par exemple.

Je vois une très forte corrélation pas seulement liée à la solution mais liée aussi aux origines des questions arménienne et kurde. Si je peux le dire crûment, la question arménienne était la question kurde du 19ème siècle. Ou bien le conflit kurde d’aujourd’hui est le conflit arménien du 19ème siècle parce que dans les deux cas la même mentalité a eu les mêmes conséquences. Dans ces deux siècles, les gouvernements turc et ottoman considéraient les demandes démocratiques des minorités comme des menaces pour la sécurité. A la fin du 19ème siècle et au tout début du 20ème siècle, les demandes arméniennes pour une réforme sociale et l’égalité étaient considérés comme un piège pour le maintien de la sécurité et de l’intégrité territoriale de l’état ottoman. Dans les années 1970, 1980 et 1990, et même jusqu’à très récemment, l’état turc considérait les demandes kurdes de droits culturels et d’égalité comme un défi à la sécurité nationale et l’intégrité territoriale. Dans les deux cas, les demandes des groupes minoritaires rejetées. Cela entraîna la radicalisation des deux groupes minoritaires, et cette radicalisation même a ironiquement créé les problèmes de sécurité que les gouvernements craignaient par dessus tout. Les mouvements séparatistes et les défis à l’intégrité territoriale devinrent un problème en conséquence directe de la politique de répression des gouvernements contre ces minorités. Les parallèles entre les deux cas sont importants à considérer.

La diaspora, la Turquie et les Intellectuels turcs

VEK : Les media turcs ont décrit la diaspora arménienne d’une manière plutôt négative. Comment peut-on évaluer l’attitude des media turcs et la réponse de la diaspora ?

AT : L’attitude des media turcs sur cette question est malheureusement extrêmement décevante. Publier des articles qui mettent la diaspora au même niveau que le MHP [Parti National du Peuple, un parti nationaliste de Turquie] est un marque d’irrespect profond pour les Arméniens de la diaspora, et chacun devrait comprendre à quel point cela est honteux. L’attitude des media percevant la diaspora avec hostilité et comme "l’autre" n’est pas limitée aux seuls media ; cette attitude prévaut même dans des cercles considérés comme progressistes, de gauche, et libéraux. Cette attitude a des racines très profondes et on pourrait dire que qu’elle consiste à enlever du sens à tout ce qui est arménien. Je décrirais le traitement des Arméniens comme une surprenante combinaison d’arrogance et d’irrespect. En plus de cela, il faut ajouter un profond puits d’ignorance. Peut-être est-ce l’arrogance de quelqu’un qui, se sentant tout puissant, pense qu’il a remporté une grande victoire contre un ennemi faible, sans défense et conscient de sa défaite. Je sais que les mots que j’emploie peuvent paraître brutaux. Je ne veux pas généraliser contre les intellectuels ou les media, mais il nous faut admettre que c’est une attitude profondément enracinée.

Je voudrais vous donner un exemple : The Armenian Weekly est un quotidien qui est publié à Boston mais tenu à jour sur un site internet. Ce journal est une publication officielle des Dashnags qui ont été complètement avilis par les media et intellectuels turcs, y compris par Taraf. Avec d’autres journaux arméniens d’expression anglaise, tels que The Armenian Reporter et The Armenian Mirror- Spectator, ce journal couvre systématiquement les protocoles et publie des articles en leur faveur ou opposés. Quelques uns de nos intellectuels, comme Ayse Guunaysu et Eren Keskin, écrivent régulièrement pour l’Armenian Weekly. Combien de nos intellectuels, de nos journalistes, diriez-vous lisent-ils ces journaux, suivent le débat en cours et font des analyses sur ce débat ?

Il y a cette attitude pénétrante ; c’est comme si nos hommes connaissaient la diaspora arménienne mieux que les Arméniens eux-mêmes. Nous n’avons pas de problèmes à arriver à des conclusions et exprimer des opinions sans avoir aucune idée sur ce qui se passe là-bas, sur ce qui est discuté et débattu. Il y a une bizarre attitude d’arrogance et je ne sais pas expliquer ce que je vois autrement que " conduite excessivement viciée " parmi nos media et intellectuels.

VEK : Y a-t-il une différence entre la diaspora arménienne et l’Arménie ? La diaspora agit-elle d’une façon qu’on pourrait qualifier de monolithique ?

TA : Je vais répéter une position que j’ai défendue dans le passé. Il est tout simplement incorrect de dépeindre l’état arménien et la diaspora arménienne comme deux entités séparés avec des points de vue opposés. Il est faux de tracer une ligne séparant les opinions sur le sujet de 1915 entre la diaspora et l’Arménie. Une attitude politique qui essaie de tirer quelque avantage à faire cette distinction sera vouée à l’échec. Les événements récents montrent à quel point ma position était précise. Il y a eu des protestations contre les protocoles à la fois en Arménie et en diaspora ; il y avait des gens qui soutenaient les protocoles et ceux qui ne le faisaient pas dans les deux milieux. Finalement, ni l’Arménie ni la diaspora n’est un bloc monolithique. La protestation qui s’est produite en diaspora a plus attiré l’attention parce qu’elle s’est produite au milieu de nations développées devant les yeux des media occidentaux. Par exemple, personne ne semble avoir remarqué une protestation qui a attiré près de 60 000 Personnes à Erevan. Il y a deux autres raisons qui font que les protestations de la diaspora ont plus attiré l’attention. La première raison est que les Dashnags en diaspora sont mieux organisés et ont une base plus large qu’en Arménie. La seconde est que ces protestations ont donné corps à une anxiété qui est ressentie même par ceux qui soutiennent les protocoles.

Il n’y a eu aucun sondage d’opinion, ou s’il y en a eu, je n’en suis pas informé. Mais je peux dire que la plupart des individus de la diaspora arménienne n’ont pas formé un front contre les protocoles. Cependant, il me faut ajouter que même parmi ceux qui les soutiennent il y a un profond sentiment de suspicion et d’anxiété. Ceux qui protestent expriment l’anxiété et pour cette raison, ceux qui soutiennent les protocoles ont traité les protestations avec compréhension au lieu de s’y être opposés.

Je peux classer les objections aux USA en trois catégories : a) le compromis sur le Karabagh b) la reconnaissance des frontières entre l’Arménie et la Turquie c) la commission d’historiens. Le troisième point est celui qui conduit le plus de gens dans la protestation aux USA. Les media turcs ignoraient cela, mais en parlant avec la diaspora, le premier ministre arménien a fait une promesse regardant la commission d’historien. Il a donné une déclaration écrite et verbale disant qu’il n’y aurait pas de commission vouée à la question " oui ou non, 1915 était un génocide " et qu’en fait aucune des commissions ne seraient "commission d’historiens. "

En résumé, sans la reconnaissance que la source la plus importante de protestation est la quête de justice, on ne peut comprendre les changements. Identifier la diaspora au MPH à cause de manifestations qui au fond " réclament justice " est irrespectueux et insolent. Mon humble opinion sur au sujet de nos media et intellectuels est, avant de prendre un stylo et écrire, de jeter un coup d’oeil sur une publication en langue anglaise comme Armenian Weekly, l’Armenian Reporter, et l’Armenian Mirror-Spectator.

VEK : Les media turcs ont suggéré que l’Arménie a battu en retraite de sa position de demander la reconnaissance du génocide. Comment évaluez- vous les possibilités de débattre du génocide et la reconnaissance des frontières ?

TA : Avant tout, je voudrais dire quelque chose à propos de la question relative la demande de territoires. En 1999, j’avais été invité à Los Angeles. C’était mon premier voyage en Amérique. Le documentaire sur la vie de Vahakn Dadrian et sur la mienne, "Mur du Silence ", allait être projeté et j’étais supposé parler ensuite. Les personnes qui m’avaient invité étaient d’un bord politique très éloigné des Dashnags. Dans mon discours, je voulais faire une déclaration sur le thème "Nous devons parler de ce qui s’est passé en 1915, non comme une question de terres ou de frontières mais comme une question liée aux droits de l’homme. Il nous faut accepter le fait que le sujet des territoires est clos pour l’essentiel. " L’un des organisateurs, mon cher ami Hratch que je venais juste de rencontrer dit " Taner, ne dites pas ces choses. Je comprends, vous avez raison, et personne ne se fait d’illusions, mais si vous dites ces choses, cela ne fera que détruire les espoirs de ces personnes et leurs rêves. La question des terres n’est pas seulement une simple question de nationalisme. Pour un Arménien, c’est aussi un lien émotionnel avec le passé. Si vous dites, c’est fait, c’est tout à fait fini, vous allez descendre ces personnes en vrille." Bien sûr, j’ai dit ce que je voulais dire à la fin parce que je voulais qu’ils entendent ce que je croyais vraiment.

Ce que je veux expliquer avec ce rappel est que la demande de terres est quelque chose d’inextricablement lié à l’identité arménienne. Je veux insister sur le point qu’ayant été chassés de leur patrie, il y a un aspect émotionnel qui s’y attache. Bien sûr, pour des raisons politiques et pratiques on peut insister sur le caractère insensé et vain d’une telle demande, mais je pense qu’il est important de garder cet autre aspect en l’esprit.

Par ailleurs, je veux répéter que c’est une erreur de faire une distinction entre la diaspora arménienne et l’Arménie elle-même sur le sujet de la reconnaissance du génocide et de faire face à l’histoire. Ni l’Arménie, ni la diaspora n’abandonnera l’idée de reconnaissance du génocide. La seule différence est peut-être dans la façon dont cette reconnaissance devrait évoluer. Cette différence peut-être ressentie dans chaque communauté le long d’une ligne qui divisera les deux en leur milieu. Il est possible de décrire chaque côté. Ce que les deux côtés ont en commun est une demande que ce qui s’est passé en 1915 soit défini comme un crime et que des excuses devraient être faites. L’un des côté cependant, devrait être prêt à accepter qu’un " crime contre l’humanité " a été commis tandis que l’autre insisterait pour qu’il soit appelé "génocide " et rien de moins. Une autre différence peut apparaître sur la question des restitutions. Un côté peut trouver acceptable d’honnêtes et sérieuses excuses tandis que l’autre fera probablement valoir des vues pour différentes mesures de restitution.

A mon sens, je pense que le gouvernement arménien fera de la diaspora un partenaire dans ce processus. La diaspora est un vrai produit du génocide et pour cette raison elle tiendra a prendre part au débat autour du génocide et de mesures qu’il convient de prendre pour cicatriser ses effets. C’est ce qui s’est produit dans les relations Germano- Israéliennes des années 1950. Israël avait créé un mécanisme permettant à la diaspora juive d’y participer. Un système similaire pourrait être essayé par l’Arménie.

VEK : Sur quel sujet vos recherches les plus récentes portent-elles ?

TA : Mon but comme chercheur est de créer un corps de connaissances communes. Mon argument fondamental est que nous manquons dans nos relations turco-arméniennes d’un corps de connaissances communes. La majeure partie des documents relatifs à ce sujet sont dispersés et disponibles seulement dans des langages différents, et par conséquent, souvent inaccessible. Cela rend difficile pour les chercheurs, les auditoires intéressés et le public en général, la lecture de ces sources et le partage des accès à ces mêmes documents. Il nous faut créer une base commune sur laquelle nous pouvons nous mettre d’accord pour débattre. Pendant un long moment, j’ai réuni et publié des sources originales pour constituer ma contribution dans ce domaine.

Il y a une controverse de fond dans notre domaine. Le gouvernement turc objecte qu’on ne devrait se fier qu’aux sources ottomanes parce que ce sont le seules en lesquelles on peut avoir confiance. Le gouvernement insiste que seules les sources ottomanes peuvent servir à analyser les événements autour de 1915. Le gouvernement turc objecte également que les sources américaine, allemande, autrichienne et britanniques sont biaisées et représentatives d’un programme visant à couvrir leur propre politique. Leurs sources sont perçues comme une tentative de blâmer la Turquie et les Turcs pour ce qui s’est passé. D’un autre côté, les Arméniens e beaucoup d’autres chercheurs internationaux objectent que les documents ottomans ne sont pas fiables et en conséquence, doivent être ignorés. Il y a d’énormes archives disponibles et le gouvernement turc continue de publier document après document pour soutenir ses propres prétentions et étayer ses propres thèses, mais il y a peu de dialogue entre les deux côtés.

Ma position est nouvelle dans le domaine parce que je prétends très simplement qu’il n’y a pas de contradiction entre divers éléments d’archives. Nous avons constaté que la même histoire est tout simplement racontée sous diverses perspectives. Il y a deux ans, j’ai écrit un livre que j’ai publié plus de 600 documents ottomans pour montrer que l’intention de génocide du Parti Union et Progrès peut être démontrée basée sur les documents ottomans. A présent, je réunis les journaux pour la période 1918-1922. J’ai une pleine collection de journaux ottomans datant de cette période. Ce qui est important sur cette période particulière, c’est qu’il n’y avait aucune censure en ce temps-là. Ces journaux publiaient absolument tout, y compris des questions sur lesquelles nous débattons excessivement aujourd’hui. Ces journaux mettent à notre disposition des rapports considérables relatifs aux tueries, aux déportations, et les procès d’Istanbul qui ont suivi. Ces procès étaient enregistrés dans la presse turque, qui a aussi publié documents et mémoires, et les commentateurs et éditorialistes ont écrit dans le détail sur la façon dont le pays devrait faire face à ses drimes récents. Cette information doit être rendue accessible aux lecteurs turcs. J’édite ces journaux pour sélectionner certains articles qui doivent être lus par le plus grand nombre possible.

J’ai à présent devant moi deux projets spécifiques. J’espère publier les documents relatifs à deux procès importants d’Istanbul de 1919. Ils portent en titre le nom des provinces où les massacres et les déportations ont eu lieu et dans lesquels des individus ont été jugés responsables de ce qui s’est passé. L’un est le procès Yozgat, l’autre est le procès Trébizonde. Au total, je suis en train d’analyser quelques 40 procès qui étaient suivis dans la presse. Le rôle des témoins oculaires turcs est particulièrement intéressant parce que la presse avait remarqué leur importance. Sur la foi de témoignages de témoins oculaires turcs qui accusaient des fonctionnaires turcs d’avoir commis des crimes, la formation de juges ont pris leurs décisions. Cela constitue une information de valeur inestimable, qui montre que beaucoup de Turcs en 1918 et 1919 se sont ouvertement exprimés contre les massacres qui avaient l’aval du Parti Union et Progrès.

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews.com

Comments By Sukru Server Aya



Post a Comment

Would You Please Update/Correct Any Of The
3500+ Posts by Leaving Your Comments Here
- - - Your Opinion Matters To Us - - -

We Promise To Publish Them Even If We May Not Share The Same View

Mind You,
You Wouldn't Be Allowed Such Freedom In Most Of The Other Sites At All.

You understand that the site content express the author's views, not necessarily those of the site. You also agree that you will not post any material which is false, hateful, threatening, invasive of a person’s privacy, or in violation of any law.

Please read the post then write a comment in English by referring to the specific points in the post and do preview your comment for proper grammar /spelling.

Note To Spammers
If you believe Your Comments will ever appear here, You are DREAMING

You need a Google Account (such as Gmail) to publish your comments

Publishing Your Comments Here:
Please type your comment in plain text only (NO Formatting) in an editor like notepad first,
Then copy and paste the final/corrected version into the comment box here as Google/Blogger may not allow re-editing/correcting once entered in some cases.
And click publish.
-If you need to correct the one you have already sent, please enter "New Comment" as we keep the latest version and delete the older version as default

Alternative way to send your formatted comments/articles:

All the best